Accueil ::> Archives ::> Année 2014 2015 ::> Les héritiers : ils étaient rebelles, ils sont devenus intéressés.

Les héritiers : ils étaient rebelles, ils sont devenus intéressés.

vendredi 30 janvier 2015, par Mme Baron.


Vendredi 09 janvier, toutes les classes de 3è et les élèves ULIS du collège Zola de La Glacerie sont allés au cinéma l’Odéon pour regarder Les héritiers, pour connaître l’histoire du film.

Il raconte l’histoire d’une classe de seconde, où il y avait beaucoup de bazar. La professeure d’histoire-géographie, qui est aussi la prof principale de la classe, Mme Guéguen, propose de faire un concours sur la déportation des enfants et des adolescents. Les élèves disent qu’ils ne sont pas capables de le faire. La prof répond « Vous, vous n’avez peut-être pas confiance en vous, mais moi, j’ai confiance en vous ».
Au début, les élèves ne sont pas très motivés, mais Mme Guéguen les met en groupes pour travailler. Ils sont aidés par Yvette, la documentaliste. Les élèves rencontrent Léon, un vieux monsieur qui a été déporté à Buchenwald et qui a perdu une grande partie de sa famille. Les élèves sont émus et pleurent. C’est à ce moment là que tout a basculé et que les élèves s’impliquent dans le concours tous ensemble.
Vont-ils aller jusqu’au bout de leur projet ? Vont-ils gagner le concours ?

Tommy : « Mon moment préféré, c’est quand la prof et la documentaliste entrent dans la classe et trouvent tous les élèves qui travaillent déjà. J’aime bien le film car au début les élèves qui mettent le bazar mais grâce au projet, ils deviennent sérieux et calmes. »
Maël : « J’ai été touché par l’histoire de Léon. Il raconte sa déportation et sa famille perdue. »
Etienne : « J’ai bien aimé le moment où ils ont lâché les ballons blancs. Chaque ballon avait le prénom des enfants, sur lesquels les élèves ont travaillés. »
Clément et Florent : « Notre personnage préféré est Théo, car il est intelligent, sérieux. Il travaille et il est carré. Ca nous a épaté qu’il parle. Nous pensons qu’il s’est exprimé car il s’est senti plus à l’aise dans la classe calme. »
Léa : « J’ai bien aimé Mélanie, car au début elle est rebelle. »

La classe d’Ulis