Accueil ::> Archives ::> 2013-2014 ::> Le témoignage de Françoise Mandelbaum Reiner

Le témoignage de Françoise Mandelbaum Reiner

vendredi 7 février 2014, par Mme Baron.

Mardi, on a rencontré Françoise Mandelbaum Reiner. Elle est aujourd’hui âgée, mais pendant la seconde guerre mondiale, elle était une petite fille juive. Elle est venue nous raconter son histoire d’enfant cachée.


L’histoire commence bien. Comme toutes les petites filles du monde, Françoise était heureuse avec ses parents à Paris, rue des amandiers, dans le 20e arrondissement.
Mais un jour de 1940, les soldats d’Hitler envahissent la France.
Le père de Françoise reçoit une convocation de la préfecture, parce qu’il est juif. Il décide de s’y rendre car tous ses papiers sont en règle. Mais c’est un piège. Il est arrêté et envoyé dans le camp d’extermination d’Auschwitz pendant trois ans.
Pendant ce temps-là, Françoise doit quitter sa mère et se cacher. Elle va d’abord dans la famille Perrin qui la cache mais où elle est malheureuse. Durant la rafle du Vel d’Hiv, sa mère la rejoint, prévenue par M.Perrin.
Après la maman de Françoise lui fait croire qu’elle doit aller à une visite médicale. Quand elle monte sur la balance, elle voit que sa mère n’est plus là. Françoise aperçoit une dame très coquette, comme une princesse. La petite fille se dit « cette belle dame, avec la chance que j’ai, elle n’est pas pour moi ». Madame Pouget, de son côté, pense « cette petite mignonne, en culotte et maillot de corps, elle n’est pas pour moi ». Coup de chance, Françoise et Mme Pouget ont tiré le même numéro et repartent ensemble.
Elles arrivent dans un château … c’est la mairie d’Aulnay-sous-bois où habitent et travaillent les Pouget.
Françoise doit changer de nom : elle s’appelle maintenant Françoise Pouget.
Elle s’entraîne pendant une semaine à répondre à son nouveau nom. Elle peut aller à l’école. Elvire et Maurice Pouget la gâtent de début 1943 jusqu’à août 1944.
Françoise retrouve sa maman. Quelques mois plus tard, son père revient car il a survécu au camp.
Françoise Mandelbaum et André, le neveu des Pouget, ont fait des papiers pour que Elvire et Maurice Pouget reçoivent la médaille des Justes.
La médaille leur a été donnée le 18 décembre 2011 à la mairie d’Aulnay-sous-bois. La salle des mariages s’appelle maintenant la salle Elvire et Maurice Pouget.

La classe ULIS

Le saviez-vous ? Mandel veut dire « amande » et Baum veut dire « arbre ». Son nom veut dire « amandier » … et elle habitait rue … des amandiers à Paris !