Accueil ::> La vie au collège ::> Le CDI ::> « J’ai toujours aimé qu’on me raconte des histoires »

« J’ai toujours aimé qu’on me raconte des histoires »

jeudi 23 novembre 2017, par Mme Baron.

Le mardi 21 novembre, nous avons rencontré Benoit Martin, qui est journaliste à France Bleu Cotentin, au CDI, dans le cadre de notre EPI 1 Journal radio. Benoit Martin nous a donné des conseils pour réussir notre journal radio et nous lui avons posé des questions.

France Bleu Cotentin
France Bleu Cotentin est une radio publique, avec des animateurs, des journalistes et des techniciens. La radio fonctionne tous les jours, même à Noël ! Elle doit parler de l’actualité de toute la Manche. Le journaliste qui présente les journaux du matin arrive à 4h00.

Qui est Benoit Martin ?
Benoit Martin a 39 ans et cela fait 15 ans qu’il travaille comme journaliste. Il a choisit ce travail car il a toujours aimé la radio et les histoires. Ce qu’il aime dans ce métier, c’est qu’il ne fait jamais la même chose, qu’il fait des rencontres intéressantes et qu’il a une très grande liberté de ses journées. Il réalise 2 sujets par jour en général.Il a rencontré des célébrités comme Nicolas Sarkozy, François Hollande Bernard Cazeneuve ou Yannick Noah.
Son évènement le plus heureux à la radio est le départ du Tour de France l’année dernière et le plus triste est les attentats du 13 novembre.

Les conseils de notre journaliste parrain :
Le métier de journaliste est de rendre compte de ce qui se passe sur le terrain. En radio, on utilise une langue simple, des phrases pas trop longues, car c’est plus facile à dire et à écouter. Rien n’est improvisé ! Il faut lire le texte en pensant qu’il y a des gens derrière le poste. Les sujets doivent durer moins de deux minutes. Il faut appuyer sur certains mots, donner du rythme et accentuer les phrases.

Le saviez-vous ?
Pour être journaliste, il faut faire des études supérieures (Bac +3) puis une école de journaliste (2 ans). Le salaire pour un débutant est de 1 900 euros environ.

Eliot, Joséphine, Dorian, Léa, Coline, Noa et Hanaé, élèves de 5èA